Something happened today.
Can we have some time,
more than a month ?
This is really just the beginning,
I mean,
we have fifty more years togheter
and it's getting better and better,
and this is the worst time we're in
right now.

 
 

Un projet collaboratif de Claire Andrzejczak, Nadia Guerroui et Simon Asencio (clairenadiasimon), avec la complicité de Frédéric de Goldschmidt.

Out of Character, Avril 2014, CAB Art Center, Bruxelles, Belgique

 

(1)
Extérieur

 

(2)
Intérieur (simulation)

 
 

La nuit enveloppe d’un velours sombre et sourd. Et la peur du noir survient parce qu’il renvoie à notre propre contingence. Le premier regard appréhende l’entièreté, comme une nébuleuse. Les parties sont des objets autonomes qui produisent un espace-temps particulier lorsqu’elles discutent entre elles. De cette accumulation résulte, non pas une œuvre signifiant mais une œuvre recherche. C’est une invitation à une perte contrôlée, à l’errance dans l’espace d’une pensée complexe à plusieurs voix. Un édifice qui prend le risque de s’effondrer dans son propre néant, préférant le potentiel poétique contenu dans l’écart entre ses parties.

Les individus et les informations, en mouvement brownien, s’entrechoquent et se percutent. Collision sans rencontre. Les rencontres sans temps pour se vivre se réduisent à des instantanés fulgurants pendant lesquels l’original, insaisissable, disparaît derrière sa « copie-image », virtuelle, sans substance, désincarnée. L’urbanité triomphante est un formidable théâtre où la culture se diffuse à la vitesse de la lumière. Dans un monde globalisant, tout est mobilité et instabilité. La machine a gagné la course de vitesse contre l’humain et ses algorithmes supplantent le processus d’élaboration de la pensée. Les fenêtres se démultiplient et des stimulations nouvelles s’ouvrent à nous. La science-fiction dévoile la réalité d’un monde dans lequel nos sens perceptifs seront inhibés et nos désirs engourdis. Une réalité dans laquelle le murmure de l’eau d’une rivière ne nous sera pas audible, la beauté d’un paysage naturel ne nous émouvra pas, l’universalité d’une œuvre artistique ne nous fera pas vibrer. La machine est une mécanique efficace et broyante, poussant toujours plus loin les plus grands espoirs. L’homme est un ensemble complexe de sens, de sentiments et d’affects intimement liés à une expérience du temps. Le bonheur est un équilibre fragile entre prise et perte de temps.

Alors, vite. Vite et éperdument, prendre et perdre son temps.

 
 

(3)
Œil de Hal

 
 

(4)
Roses

 
 

(5)
Hologramme

 

(6)
Volcan

 

(6)
Volcan

 
 

(7)
Radiogramme

(8)
Petits Cailloux

 
 
 

(9)
Aquarium

 
 
 

(10)
Images Subliminales

 
 
 

(6)
Volcan

(11)
Trou Noir

 

clairenadiasimon nous propose une expérience globale aux véritées multiples, une valse à trois temps entre un phénomène, sa matérialité et la perception du spectateur.

Frédéric de Goldschmidt

 
 
Photos Hugard & Vanoverschelde

Photos Hugard & Vanoverschelde

 
 

clairenadiasimon n’est pas un collectif d’artistes: c’est une entité créée par un dialogue entre Claire Andrzejczak (1984), Nadia Guerroui (1988) et Simon Asencio (1988). Ne travaillant pas nécessairement comme un trio, mais d’avantage comme trois duos transférables, leur pratique est sujette à des flux, des variations liés au potentiel créatif des synergies en jeu. Ils présentent le résultat de leur engagement collaboratif, rejetant la propriété intellectuelle de leur travail. «Qui a fait quoi?» est une question négligeable dans leur pratique, démentant ainsi toute tentative de dissociation auteurisante entre exposition «collective» et «personnelle».

Le travail de clairenadiasimon naît de la situation particulière dans laquelle il est montré et vu. Le dialogue - que ce soit en conflit ou en accord - qui existe entre les œuvres, l’humeur qui en résulte et les effets cognitifs suscités par l’écoute, tant individuelle que collective, déterminent comment leur travail se met en place. L’allusion à l’esthétique minimale, jointe à l’utilisation de matériaux prosaïques tels que le papier, le tissu, le plastique, le ciment, ou le bois ainsi que les technologies simples comme les LEDs ou les hologrammes, révèlent un intérêt dans les traces potentielles mais éphémères, qui se cristallisent chez le regardeur après la perception immédiate de l’objet - la subtilité des matériaux étant principalement dans ce contexte un moyen d’arriver à cette fin. Cette pratique questionne la dépendance du regardeur vis-a-vis de ses facultés sensorielles pour reconnaître des phénomènes intrinsèques et leurs évocations. Il est question de proposer l’observation de ce qui se perd dans l’interprétation, entre une expérience perceptive brute et un discernement calculé, un stimulus articulé par un regard euristique. La réciprocité des relations entre sujet et objet, le regard posé, et la manière dont les objets peuvent modifier ou être modifiés par différentes façons de percevoir sont au cœur de cette quête.

Ce qui est particulièrement pertinent dans cette exposition*, c’est la façon dont clairenadiasimon questionne la notion d’individuation. Etre «out of character» réfère à une perte d’appartenance propre, rendant l’Un indistinct des autres, ou même dépersonnalisant le rôle de chacun devenant ainsi tous incongrus. Le rôle du spectateur devient alors le fait même d’agir hors de son propre caractère, se voyant déterminer la convenance - ou l’inconvenance de sa présence devant son individualité observée. Si la perception est basée sur la réception par le regardeur, alors la notion de «caractère» (character) reste aussi contingente aux préjudices portés par un observateur extérieur. Tout comme clairenadiasimon est une personne constituée de trois individus, la situation créée par cette personnalité, ce caractère, consiste en des objets dissemblables qui se rassemblent par la force d’un éthos presque imperceptible. Pourtant, au sein de ces conditions dessinées par clairenadiasimon, les objets peuvent aussi sembler prendre des rôles, au delà de ceux précédemment assignés par leur regardeur.

Julian Elias Bronner

 
 

 

Something happened today. Can we have some time, more than a month ? This is really just the beginning, I mean, we have fifty more years togheter and it's getting better and better, and this is the worst time we're in right now*, 2014
*extrait du film “The Future” de Miranda July

Quelque chose s’est produit aujourd’hui. Pouvons nous avoir un peu de temps, plus d’un mois ? C’est vraiment juste le début, je veux dire que nous avons encore cinquante ans ensemble et ça devient de mieux en mieux, et c’est le pire moment maintenant.

(1)
Extérieur
2 pans de rideaux blancs «Lunar spot», 100% Polyester, poids env. 125 gr/m², classement au feu NF M1. (dimensions à plat : 9,40 x 3,65 m).

(2)
Intérieur
Moquette noire, Velours noir plissé «Ascona 360», 100% Coton, poids env. 355 gr/m², classement au feu NF M1. (dimensions à plat : 4,2 x 37 m).

(3)
Œil de Hal
LED rouge, processeur, impression 3D, verre (35 x 35 x 0,6 cm), peinture noire.
Une LED est programmée pour varier de luminance au rythme d’une respiration humaine. Référence au film «2001, L’Odyssée de l’Espace», de Stanley Kubrick.

(4)
Roses
Roses, plastique transparent, projecteur PAR 20, ampoule LED blanc froid.
Des fleurs fraîches et séchées mises sous vides, en référence au conte «La Belle et la Bête».

(5)
Hologramme
Pyramide en Plexiglas (128,4 x 128,4 x 87 cm), 4 écrans LCD, 4 lecteurs DVD, 4 Vidéos (5 min. 07sec., en boucle), socle en MDF gris foncé teinté dans la masse et acier (130 x 130 x 130 cm).
Vidéo : Modélisation 3D d’un casque fictif, en rotation lente sur un axe vertical légèrement incliné, conçu à partir de fragments de différents modèles (casque de moto, casque d’armure, casque de réalité augmentée, casque audio, casque de massage...).

6. Volcan
Carton plume, grillage, pâte à modeler, colle, poudre de basalte en provenance d’Islande, carborundum, 2 LED blanches, socle en MDF gris foncé teinté dans la masse et acier (113 x 113 x 113 cm).
Une maquette du volcan islandais Eyjafjallajökull à l’échelle 1/26000, illuminé alternativement pour donner une sensation de mouvement.

7. Radiogramme
Papier baryté (40 x 50 cm), projecteur PAR 20, ampoule LED blanc chaud, table en MDF gris foncé teinté dans la masse et acier (70 x 90 x 50 cm).
Courrier envoyé par un collectionneur de minéraux qui a reproduit l’expérience de Becquerel, en déposant 3 roches radioactives sur l’enveloppe. Développement des taches de radioactivité sur le papier photographique contenu à l’intérieur.

8. Petits Cailloux
Petits morceaux d’argile, verre (35 x 35 x 0,6 cm), peinture noire, projecteur PAR 20, ampoule LED blanc chaud, table en MDF gris foncé teinté dans la masse et acier (70 x 90 x 50 cm).
Un empilement de petits débris collectés sur les paroies d’une grotte en Algérie.

9. Aquarium
Aquarium en verre (80 x 40 x 40 cm), Mortimer le poisson rouge, eau, bactéries, pompe, roches volcaniques, cadre photo digital, (durée : vidéo 5 min., loop).
Mortimer nage à côté du fond d’écran.

10. Images Subliminales
Téléviseur (50 x 50 x 40 cm), lecteur DVD, vidéo (durée : 13 min. loop), socle en MDF gris foncé teinté dans la masse (50 x 50 x 15 cm).
2 photographies de tentatives de ricochet sur un lac gelé apparaissent comme des flashs dans une vidéo noire. L’intervalle de ces flashs correspond à la suite de Fibonacci. (1 + 1, 2 + 1, 3 + 2 etc ...).
Soft Noise.

11. Trou Noir
Polystyrène, mousse polyuréthane, peinture noire Putop colors X-tra extrêmement mate -0,8%, (370 x 180 x 55 cm).
Masse suspendue à 350 cm.